en   fr   de   ro   es   it
  
     Username:  Password:  

registerforgot password?

Wednesday, 18 October 2017
Ricerca dopo artisti Ricerca
LAST  Advertisements
LAST  Last Queries

 


Ascoltare Mapouka - Mapouka Serre


Versi

Ma France (Jean Ferrat)

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirai pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnait le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre

Ma France
Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Eluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l'avenir serré dans ses mains fines
Celle de trente six à soixante huit chandelles
Ma France

L'Horrible Bye Bye (Alain Souchon)

On est longtemps quelquefois
L'un devant l'autre comme ça
Tes bras font le tour de moi
Et tu me serres et j'aime ça
J'aime ça mais ça ne dure pas
On ne peut pas rester serrés comme ça
Toujours
puis il faut que tu t'en ailles

Et c'est l'horrible bye bye
L'atroce bye bye
L'horrible bye bye
L'atroce bye bye

Alors c'est l'été les baigneuses
La danse avec ses danseuses
Taper sur les lessiveuses
Les choses heureuses
Mais la mer devient houleuse
Et les filles plus capricieuses
Frileuses
le soleil devient plus pâle

Et c'est l'horrible bye bye...

Au cinéma y a James Bond
Il est vraiment pas comme tout le monde
Il n'a peur ni des brunes ni des blondes
Il pète la gueule à tout le monde
On croit qu'on est lui ça monte
On tue les reptiles immondes
On tue tout le monde
Et puis ils rallument la salle

Et c'est l'horrible bye bye...

On arrive à terre un matin
Il y a le soleil les fleurs les chiens
Beaucoup d'amis puis moins
Ça se passe mal ou bien
Prime time ou Artaud Antonin
Oh la vie la vitesse qui vient
Oh la vie
Puis un jour les anges qui braillent

Et c'est l'horrible bye bye...

Ne Pleures Pas (Arsen Pops)

On ne donna pas les trois coup comme au théâtre
Mais seulement quelques notes de guitare
Pour bien commencer une chanson
Y'a tant de d'eau qui coule sur cette planète tous les jours
Et tant de coeurs brisés en une seule journée
Y'a tant de chagrins près de toi ou loin
Et qui n'a pas pleuré quand il était gamin
Et qui n'a pas pleuré pour un rien quand il était gamin?
-Solo de guitare-
Ne pleures pas
Ne pleures pas quand je suis là
Sinon je serai obligé de croire que je ne suis rien pour toi
Pleures pas
Mais serre moi contre toi
Rassure toi le simple bruit de tes pas
Résonne en moi comme un tambour
Sonnant l'alerte rouge
Ne pleure pas
Ne pleure pas
Je suis là et je prie pour toi
Je suis là près de toi
et je prie pour toi
J'ai monté tout en haut
Tout en haut pour toi
Pour voir celui en qui tu crois
Et j'ai monté tout en haut
Pour voir celui en qui tu crois
Il m'a dit ne pleure pas à ton tour
Vas-y parce que je veux pleurer comme toi
Et pour toi
Ma vie ne pleure pas elle n'en restera pas là
Ne t'inquiètes pas
Elle n'en restera pas là
Elle n'en restera pas là
Ne pleures pas
Je t'ai toujours suivi
Dans le labyrinthe de la vie
Alors ne me laisse pas ici
Avec toi comme soucis
J'ai pas de conseil à te donner
Mais dans la vie y'a des hauts y'a des bas
Et on est tous passés par là
Alors pleures pas, redresse toi
Reste près de moi, redresse toi
Serre moi dans tes bras.

L'Assassin Mondain (Jean Pierre Ferland)

La formule était grande
L'invitation jolie
Sur vélin de Hollande
Frappé à l'effigie:
"Madame est dans l'attente
De votre venue
À dix-neuf heures trente
Vingt rue des Parvenus"
Je ne fais ni un, ni deux
Je me loue un toxedo
Au plus mal et au mieux
J'arrive un peu plus tôt
La sonnette me berce
La porte est en noyer
La servante est négresse
Et les fleurs en papier
La maison est baroque
Le marbre est d'Italie
Le mobilier d'époque
Les tapis d'Algérie
Les lustres d'Angleterre
Et les portraits aussi
Je me sens loin de ma mère
Et loin de mon pays
Entre ce banc breton
Et ce divan chinois
Ce vrai napoléon
Et ce faux suédois
J'ai cru être à l'enchère
Mais au dernier moment
Se pointe l'héritière
Dans l'escalier normand
Madame est embaumante
"Chanel" ou "Vol de nuit"
Sa robe est ravissante
Création "Givanchy"
L'écharpe de Castille
Les gants sont de Paris
Les bijoux de famille
Les souliers sont vernis
Le bec un peu pincé
La fesse bien serrée
L'élite d'aujourd'hui
A du corps à l'esprit
Je lui fais des courbettes
Et des guili-guili-guili-guili-guili
Je joue de l'épinette
Madame est servie
Porcelaine de Limoges
Cristal de Baccarat
Chandelier du Cambodge
Dentelles et falbalas
Quelques pe** amuse-gueule
Pour mettre en appétit
Pétales de glaïeuls
Et langues de canaris
Pigeons, pinsons, pintades
Pains longs, pains ronds, pains courts
Pâtés, paons, piperades
Je vais, je viens, je cours
"Mais c'est sans cérémonie
Vous êtes ici chez vous
J'aime la modestie
Et j'aime le bon goût"
Et de liqueur en fine
Et de fine en café
Là voilà qui s'obstine
À vouloir me montrer
Les salles et les portiques
Les caves et les greniers
Le salon de musique
Et la chambre à coucher
En passant près du lit
On s'y attarde un peu
Je la vois qui frémit
D'un naturel douteux
Soudain, elle s'effarouche
Me regarde et bondit
Se jette sur sa couche
Me montre son nombril
Sans être de la haute
Je sais dire merci
L'invité pour son hôte
Se doit d'être poli
Et j'ai mis dans les faits
Les faits que je vous dis
Je vous dis que j'ai fait
Ce que vous auriez dit
J'ai dû forcer la note
Forcer l'hypocrisie
Que le Diable m'emporte
J'ai trop bien dit merci
La pauvre femme est morte
Les deux yeux à minuit
La pauvre femme est morte
Je fus trop poli
Mon récit fit sa ronde
Dans les cercles d'amis
Et les milieux du grand monde
De la haute bourgeoisie
Si bien que mon histoire
N'a jamais eu de fin
Je fus cité en gloire
Dans les carnets mondains
Des lettres anonymes
Réclament mes secours
Les hommes pour le crime
Les femmes pour l'amour
Ce que l'intelligence
Ne m'avait pas donné
Je dois à l'indécence
D'avoir compensé
Au seuil de l'impuissance
Au sommet des salons
Je vis pour la défense
De ma réputation
Je fais des politesses
À longueur de journée
Je troque la jeunesse
Pour la célébrité
Et je vais de mal en pire
Sans changer mon décor
Je suis la fin du lit
Le boudoir de la mort
Comme un bourreau sans hache
Je suis un assassin
Que les femmes s'arrachent
Pour se donner la faim
Je suis un assassin mondain

Prière Païenne (Celine Dion)

Les mains serrées, ça c'est facile
Fermer les yeux, j'aime plutôt ça
Genoux pliés, pas impossible
Se taire un peu, "Mmm" pourquoi pas
Mais ma prière, elle est qu'à moi
J'y mets tout ce que j'aime, ce que j'espère
Tout ce que je crois
Je prie la terre de toute ma voix
Mais pas le ciel, il m'entend pas
Mais pas le ciel, trop haut pour moi
Quand j'me réveille je loue le jour
La vie toujours, toutes ses merveilles
Je prie les roses, je pris les bois
Les virtuoses, n'importe quoi
Je prie l'hiver quand il s'en va
L'été, les étoiles et la mer
Et le soleil et ses éclats
Et j'suis sincère, j'prie pour tout ça
Mais toi le ciel, tu n'entends pas
Mais toi le ciel, est-ce que t'est là
C'est ma prière païenne
Mon crédo ma profession de foi
C'est ma supplique terrienne
J'y mets tout ce que j'espère
Et tout ce que je crois
Je prie la terre, de toute ma voix
Et toi le ciel, nous oublie pas
Je prie les hommes, je prie les rois
D'être plus homme, d'être moins roi
Je prie les yeux, les yeux défaits
Ce que les cieux, ne voient jamais
Je prie l'amour, et nos cerveaux
Qu'on imagine et qu'on se bouge
Et sans trop compter sur là-haut
Savant poète, je prie pour toi
Et toi le ciel, écoute-moi
Et toi le ciel, entend ma voix
Je prie la paix, l'inespérée
Les "Notre Père" n'ont rien donné
Et tous les hommes de lumière
Qui font la guerre à la guerre
Je prie nos rêves, je prie nos bras
Mais toi le ciel, entends ma voix
Et toi le ciel, entends nos voix,
Nous oublie pas

Un Musicien Parmi Tant D'autres (Harmonium)

Une main sur une épaule
Chacun a bien joué son rôle
Le rideau monte et descend
Le musicien se serre les dents
Il est si bien pour une fois

À la porte d'un café
Son nom vient de s'effacer
On a trouvé quelqu'un de mieux
Le musicien se faisait vieux
Comme un enfant, il était une fois

Comme le rideau sur une corde
Le musicien monte et descend

Une nuit pour oublier
Y'a des problèmes qu'on veut saoûler
Une bouteille monte et descend
Le musicien se serre les dents
Il est si loin, une autre fois

À la porte d'un café
Les noms ne font que changer
Il a enfin compris pourquoi
Le sien ne sera plus là
Comme un enfant, on ne vit qu'une fois

Comme le fond d'une bouteille
Le musicien a fait son temps

Où est allé tout ce monde
Qui avait quelque chose à raconter
On a mis quelqu'un au monde
On devrait peut-être l'écouter

J'ai Rien Prévu Pour Demain (Tryo)

Refrain :

J’ai rien prévu pour demain
Mais c’est déjà bien d’y penser
Et je pense que demain matin
J’aurais du mal à me lever
Je n’ferais pas 39 heures
Pour 35 francs de l’heure
Et vos 5000 francs de bonheur
J’en veux même pas pour mon 4 heures
OK, je me lève un peu tard
J’enchaine direct sur un pétard
Je sais que ma vie ne va pas vers les dollars
Que pourraient me rapporter ma guitare
Ma vie n’est qu’une utopie
Un monde tranquille sans trop d’hypocrisie
Ou tout le monde a compris
Que donner à quelqu’un c’est se faire un ami
Ou sont les politiciens qui savent que j’existe
Ceux qui pourraient dès demain nous mettre sur la bonne piste
J’insiste, dès maintenant je veux voir la liste
De tous les indiens du front de libération utopiste
Qui va se mouiller pour les droits de l’enfant
Que tout le monde ait droit à un appartement
Apparemment personne n’est près à aller de l’avant
C’est vrai que pour pouvoir penser il faut avoir du temps
Le pouvoir, les dollars, l’exploitation, le marché noir
Ca laisse très peu de temps à ceux qui crèvent sur le trotoire
Plus d’espoir pour y croire juste quelques cauchemards
Même plus droit à un rêve juste à une vie illusoire

Refrain

Pourrions nous avoir du temps pour savoir qui on est?
Pour s’occuper de nos enfants, connaitre notre voisin de palier?
Pour que les fêtes du week-end
Puissent s’étendre à toute la semaine
Pour qu’les connards du FN
S’alimentent plus sur nos problêmes
Pourrions nous avoir du temps pour discuter avec l’ennemi?
Pour draguer une des caissieres qui bosse au monoprix
Pour faire du sport, pour boire un verre, s’occuper d’la qualité de l’air
Pour aller voir tout là haut comment va notre univers...
Je ne vis plus pour un système
Qui va contre la nature humaine
Qui nous fait croire que nos gènes
Ont optès pour le travail à la chaine
Un monde ou on nous enchaine
Aux valeurs de la haine
Fait lui croire, fait lui croire que tu l’aimes
Pour plus tard à la Toussaint lui porter des chrysantèmes
Pourrions avoir du temps pour croire en Dieu
Pourrions rester enfant avant de devenir vieux
Pourrions avoir un peu de vent dans nos cheveux
Ca parait pas important mais c’est tres bon pour eux.
Pourrions avoir du temps pour admirer la nature
Pour respirer autre chose que des hydrocarbures
Pour ne plus voir l’Amazonie se transformer en tas de sciure
Pour se faire une idee du présent un soupson du futur
Pourrions avoir du temps pour apprendre à vivre ensemble
Pour ne pas être chacun dans notre coin si la terre tremble
Pour acheter c’qu’on a besoin ou pour pouvoir vendre
Ce qui nous serre à rien et rend envieux le voisin

Petit Jésus (Indochine)

Mais dites-moi
Où s'arrêtera
Notre illusion défunte
Mais dites-moi
Je m'apercois
D'une amoureuse éteinte

Petit Jésus
Me voyez-vous
Dans les étoiles fanées
Petit Jésus
Me croyez-vous
Egaré

Mais serre-moi fort
Serre-moi encore plus fort
Mais aime-moi fort
Aime-moi encore plus fort

Petit Jésus
Me voyez-vous
Dans les étoiles fanées
Petit Jésus
Me croyez-vous
Egaré

Mais serre-moi fort
Serre-moi encore plus fort
Mais aime-moi fort
Aime-moi encore plus fort
(2x)

Serre-moi fort...

Toune D'automne (Les Cowboys Fringants)

Comment ça va ma p'tite soeur?
Viens que j'te serre dans mes bras
Pis, as-tu r'trouvé l'bonheur
Dans ton trip au Canada?
Dans l'bout' c't'année y s'est pas passé grand'chose...
C't'un peu morose...

J'espère au moins qu'c't'ait l'fun là-bas
Chu fier que tu m'aies pas ramené
Un beau-frère de l'Alberta
Ça m'aurait un peu ébranlé
Jure-moi donc que c'fois là tu restes à' maison... pour de bon

Anyway chu content que tu r'viennes
T'arrives en même temps qu'l'automne
Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
De t'voir partir ma mignonne...

Icitte y'a papa qui se r'met de sa p'tite opération
T'aurais dû l'voir, y feakait, Fallait l'traiter aux p'** oignons
Et môman s'est inquièté toute l'année
À cause de toé...

De mon bord j'ai décidé
D'arrêter de végéter
J'rentre à l'université
On verra c'que ça va donner
Mais tu m'connais chu pas motivé plus qui faut
C'est pas nouveau...

Anyway chu content que tu r'viennes
T'arrives en même temps qu'l'automne
Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
De t'voir partir ma mignonne...

J'ai vu Simon le mois passé
Ç'avait pas trop l'air de filer
Y m'a dit qu't'avais pas appelé
Depuis sa fête en février
Si tu l'aimes pus faudrait peut-être pas l'niaiser
C't'un bon buddy

Et puis toé ma p'tite soeur
Es-tu toujours aussi perdue?
C'est ti encore la grande noirceur?
Ou ben si t'as r'pris le dessus?
Tsé qu'la vie est parsemée de p'tites misères
Faut pas t'en faire...

Anyway chu content que tu r'viennes
T'arrives en même temps qu'l'automne
Tsé qu'ça m'a fait ben d'la peine
De t'voir partir ma mignonne...

Anyway chu content que tu r'viennes
T'arrives en même temps qu'l'automne

Mojama (Marea)

No corrais tanto, la están peinando
y por favor no la molesten,
que después todas sus pestes pago yo,
- que no seas tan macarra, que te bajes de la parra
y anda, estate a lo que estamos que solo estamos los dos,
mirada a duelo, menea el pelo y un temblor deja chorreando
sábanas, colcha, somier, alma y colchón,
no me dejes que te quiera,
que yo por querer quisiera estar pa siempre a tu vera,
que lo tengo...

más negro que el tizón, más duro que el copón,
más tieso que un tablón se me pone el corazón...
cada vez que dices no,

tu odio y el mío están metiendo en un rincón,
-¿qué ha sucedido?
- ha sido cupido que está hecho un cabrón.
vamos, dime que se pierden en mi tus acays verdes,
aunque casi mejor no, porque lo tengo...
más negro que el tizón, más duro que el copón,
más tieso que un tablón se me pone el corazón...
cada vez que dices no,
y el sol decrece y fallece entre los visillos del cuarto,
porque tiene celitos de mí, de cómo te quiero,
de cómo lo aparto,
si el sueño es correr por un otoño deshojao,
¿morir?, tal vez... mejor que vivir desolao,
y la vida sigue, yo escribo coplillas de amor
que le impidan al alma deciros que no, mientras salga...
...serrín del corazón.


Video





Mp3, Musica, Download, Versi, Canzoni, Concerti, Bigletti, Live, Video, DVD, Gratis, Discografia, Mpeg, Compra, Band, Artista, Album, Collezione, Archivio, Eventi, Ricrca, CD